Feu à Mbeubeuss

Le dimanche 11 février, juste après mon premier article sur la décharge sauvage de Mbeubeuss et ses récupérateurs, elle a été ravagée par un incendie. Il s’est surement déclaré naturellement à cause de la décomposition du méthane dans les déchets. Il s’est vite propagé sur une large partie de la décharge car moins de récupérateurs sont présents sur le site le dimanche. Les pompiers ont mis beaucoup de temps à arriver. Trois jours plus tard, certains endroits de la décharge brûlaient toujours et les récupérateurs et récupératrices que j’ai rencontrés tentaient désespérément de l’éteindre (avec des seaux d’eau percés) ou de prélever les derniers restes de matériaux de valeurs au cœur des fumées de plastique toxiques.

IMG_6367 (2)
Feu à Mbeubeuss, © G.Tanvé 2018

De nombreux récupérateurs, dont Harouna et Mohamadou, on perdu leurs places de travail (où ils avaient leurs petits refuges pour se changer et se détendre) avec leur stocks de déchets. Ces stocks représentaient des années de travail. Le feu a aussi emporté une entreprise entière de recyclage de plastiques qui avait été créée par un ancien récupérateur, Abdou Aziz, et dans laquelle travaillaient 75 employés.

C’est horrible, j’ai hésité avant d’écrire ce post car il toujours délicat de traiter et exposer ce type d’événement sans sombrer dans le misérabilisme ou le spectaculaire. Mais puisque j’avais mentionné la décharge précédemment, je ne pouvais pas cacher son actualité.

Adama a été présent pour aider Abdou Aziz a relancer un peu de travail. Et Jenna et moi, à notre échelle, avons lancé une campagne de solidarité et écrit un article pour empêcher que le feu soit ignoré.

Les récupérateurs demandent des conditions de travail plus sûres et dignes. Ils veulent être reconnus comme des travailleurs qui fournissent un vrai service à l’Etat. L’Etat utilise la décharge de Mbeubeuss (même si elle est légalement considérée comme un « dépotoire sauvage »), il a une part de responsabilité dans cet événement. Le site devrait être protégé, et les récupérateurs pris en considération dans les projets de sécurisation de la décharge. Or, aujourd’hui, ce feu qui survient en parallèle de négociations très peu transparentes sur la restructuration de la décharge, montre que les travailleurs et les travailleuses les plus pauvres sont les premières victimes de la mauvaise gestion du site.

 

Lien vers la Campagne de Solidarité

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s